Estelle Nelson, 100% 93

En cette semaine de trêve, nous vous présentons Estelle Nelson, une joueuse issue du 93, devenue une Louve il y a 2 ans. D’abord en équipe réserve, elle s’est fait une place avec l’équipe première en confirmant ses performances.

Salut Estelle, peux-tu te présenter pour nos lecteurs ?

Bonjour, je m’appelle Estelle Nelson. J’ai 18 ans et je suis en première année de STAPS (Sciences et Techniques des Activités physiques et Sportives)

Est-ce facile de combiner la N1, avec 4 à 5 entraînements par semaines, ainsi que les études en STAPS ?

Je ne dirais pas que c’est facile ou difficile, mais juste qu’il faut savoir doser l’implication que l’on met dans les sports que nous pratiquons en STAPS. Ça reste nos études, donc la difficulté est plutôt dans l’organisation, et de savoir gérer les temps de récupération.

Quel est ton parcours sportif ?

J’ai commencé le handball à 9 ans à Livry-Gargan, où je suis restée 3 ans. Ensuite, j’ai passé 5 ans à Aulnay-sous-Bois. En parallèle, j’ai effectué 4 années de sport étude, en passant par le CER et le pôle de Châtenay-Malabry. Depuis maintenant 2 ans, je suis à l’Entente Noisy-Le-Grand Gagny.

Crédit Photo : Gilbert Frau

Tu es arrivée il y a deux ans en équipe réserve à l’Entente Noisy Gagny et tu as intégré officiellement le collectif de l’équipe première cette année. Ton intégration s’est bien passée ?

J’ai eu la chance en fin d’année dernière de faire quelques matchs avec l’équipe première, ce qui a facilité mon intégration cette année. Sportivement c’est toujours assez compliqué de trouver sa place dès le départ mais avec le temps on l’a trouvé assez rapidement.

Tu étais en sélection départementale avec la Seine-Saint-Denis, entraînée par Safwann Khoudar, ton entraîneur actuel. Sens-tu une différence ? Quelle est votre relation ?

Oui effectivement Safwann m’a coaché à la sélection 93 et c’était d’ailleurs l’une de mes meilleures années. Après c’est sûr, il y a une différence, les attentes ne sont pas les mêmes, les exigences non plus. Je suis contente d’être passée par là. Après, ça reste une relation joueur-entraîneur, ça ne change pas, mais ça m’a permis d’être un peu plus sereine en arrivant à Noisy-Le-Grand. Ca m’a aidé à m’exprimer plus facilement sur le terrain de me dire que je n’arrivais pas totalement dans l’inconnu. Tout ce que je retiens, c’est que c’était une aide supplémentaire à mon intégration.

Comment vois-tu ton début de saison ?

Il me reste énormément à apprendre, je ne suis jamais vraiment satisfaite à 100% de mes matchs donc il y a encore du travail.

Crédit Photo : Gustavo Sports Pictures

L’équipe réalise un presque parfait depuis le début de saison, 5/5 victoires en coupe de France et 6/7 victoires en championnat. D’après toi, quel est le secret de ces réussites ?

.En ce qui concerne l’équipe, je pense que le collectif est très soudé et que notre communication ainsi que l’implication que nous y mettons, nous donne de la force. Si l’une à la tête sous l’eau, il y aura toujours quelqu’un pour la lui relever. Je pense que c’est la clé de nos réussites jusqu’à aujourd’hui.

Comment l’équipe envisage Besançon ? Vous avez hâte ?

On aborde Besançon comme tous les autres matchs depuis le début de saison , très concentrées. On continue de travailler pour avoir les résultats attendus en fin d’année.

Un mot de la fin ?

Je nous souhaite de continuer sur cette lancée.

Rendez-vous le 14 décembre à 20h15 au gymnase du Clos de l’Arche,
pour encourager nos Louves

Rebecca Bossavy, une joueuse…. Mais pas que

Ce dimanche, le club organise le dernier tour des Intercomités région. Pour cette occasion, nous avons rencontrés Rebecca Bossavy, Louve de la N1F à l’Entente Noisy Le Grand Gagny, entraîneur des -13 F de Noisy le Grand et entraîneur au comité de la Seine-Saint-Denis.

Bonjour, peux-tu te présenter pour nos lecteurs ? 

Bonjour, je m’appelle Rebecca Bossavy, j’ai 24 ans et j’entame ma 4ème saison en tant qu’aillière gauche pour l’Entente Noisy Le Grand Gagny.

Quel est ton parcours sportif ? 

J’ai commencé le handball à l’âge de 12 ans au Blanc-Mesnil, j’y ai fait toutes mes années “jeunes” là-bas. Ensuite je suis allée au club de Serris Val d’Europe, pour jouer en – 18 CDF, puis j’ai fait une année en sénior. Ensuite je suis passée par le Centre de Formation de Issy-les-Moulineaux, pendant deux ans. En sortant du centre, j’ai signé au club de Noisy-Le-Grand en D2. 

Noisy Image mémoire

Actuellement tu as des statistiques impressionnantes, quelle est ta recette du succès ?

“Succès” Non haha. Je suis contente pour l’instant de mon début de saison mais il faut continuer comme ça ! Tout d’abord, je pense que ça peut s’expliquer par ma “détermination”, le fait que je donne toujours tout, je suis à 100% que ce soit sur un jeu d’échauffement, n’importe quoi, je suis là pour gagner et je ferai tout pour atteindre nos objectifs. Ca passe par le travail, la répétition et l’observation aussi. Je suis plutôt contente car j’arrive à m’exprimer sur le terrain sur plusieurs facettes de mon jeu, en finition, en jeu sur grand espace, et à la création. J’ai aussi réussi à me corriger, selon moi, c’est important d’être capable de se corriger rapidement lors d’un échec ou d’une tâche mal réalisée : 1 constater, 2 savoir pourquoi (et comprendre) cet échec et enfin : 3 quoi mettre en place pour modifier et rebondir. Puis encore une fois, avec un état d’esprit de compétitrice de Louve, en l’occurence.

Crédit photo : Gustavo Sports Pictures

Tu encadres les -13F de Noisy-Le-Grand, quels sont tes objectifs cette saison avec ce collectif ? 

J’ai coaché les -13F l’an dernier et j’ai repris cette année avec une équipe “nouvelle”, avec pas mal de débutantes mais un challenge tout aussi intéressant. Mon premier objectif est simple, faire progresser les filles sur les fondamentaux du handball. Bien évidemment que nous jouons pour gagner tous nos matchs comme l’an dernier. Il faut que nos filles prennent plaisir à jouer ensemble tout en progressant car ce sont elles les futures Louves de l’Entente Noisy-Le-Grand Gagny. 

Qu’est ce qui t’as donné envie de passer de l’autre côté du terrain ? 

J’ai toujours voulu coacher, mais ce n’était pas évident de concilier les études, le handball en tant que joueuse et le coaching. J’ai attendu de valider mon Master pour prendre une équipe et je compte bien continuer en passant des formations. Ce que j’aime, c’est planifier, organiser, animer des séances, transmettre des contenus d’enseignement pour transformer un comportement chez un joueur et cet aspect collectif, vie de groupe. Je trouve qu’en tant qu’entraîneur c’est une autre forme de handball.

En plus de la casquette de joueuse, d’entraîneur au club, tu encadres la sélection féminine du comité de la Seine-Saint-Denis. Peux-tu nous présenter l’événement qu’accueille notre club ce dimanche ?

Ce dimanche 1er décembre, le club de Noisy-Le-Grand va accueillir le comité du 93, du 75, du 95 et du 91 afin d’organiser la compétition de la journée 2 (sur les 3) des intercomités territoriaux 2019-2020 qui concerne les filles nées en 2006 et 2007. Il y aura donc 4 matchs, chaque comité jouera deux matchs.

Crédit photo : Morgane Hamm

Nous savons qu’étant plus jeune, tu étais sélectionnée avec le comité de Seine-Saint-Denis. Qu’est ce que ça fait d’encadrer une équipe dans laquelle on a joué ? 

Je suis ravie d’encadrer cette année le comité de la Seine-Saint-Denis avec Bouba Tangara. La sélection m’a marquée car c’était un début du handball de “compétition” en tant que joueuse, où l’on représente le 93, où l’on doit gagner sa place à chaque regroupement et on commence à vivre des expériences de vie de groupe différentes qu’en club. J’ai adoré cette expérience en tant que joueuse, j’ai voulu passer de l’autre côté, j’apprends beaucoup et cela enrichit ma formation d’entraîneur, j’aime d’autant plus entraîner puis en club et en sélection, c’est très différent. 

Mot de la fin ? 

Merci Léa pour cette interview, et bien sûr : Gooooo les Louves ! haha 

Crédit photo : Gustavo Sports Pictures

On fait le point avec Mathilde Lorrillard

Bonjour Mathilde, peux tu te présenter pour nos lecteurs ? 

Je m’appelle Mathilde Lorrillard, j’ai 23 ans et je joue au poste d’arrière droite. Je suis parallèlement en STAPS à l’UPEM.

Quel est ton parcours sportif ? 

J’ai commencé le handball à l’âge de 11 ans au club de Saint Brice sous Forêt (95) après avoir fait de l’équitation et de l’athlétisme. Par la suite, j’ai fait les détections jeunes (comité et ligue) puis je suis rentrée au pôle d’Ile de France à Châtenay Malabry jusqu’à mes 18 ans. J’étais en même temps au club de Cergy Pontoise en passant des -18 championnat de France à la D2. A la sortie du pôle, je suis partie au centre de formation de Bordeaux Bègles Mios Biganos (D1) qui a dû déposer le bilan en novembre 2015. Je suis partie par la suite à Besançon (ESBF) jusqu’à mes 22 ans, où je n’ai pas signé de contrat professionnel. Je suis arrivée à l’Entente Noisy-Le-Grand Gagny l’année dernière en D2. 

Tu as eu une rupture des ligaments croisés la saison dernière, comment s’est passé la reprise? 

La reprise s’est très bien passée, qui plus est pendant une préparation estivale, ce qui permet de reprendre en même temps que tout le monde au niveau du projet collectif pour ne pas prendre de retard sur la saison. 

Vous avez enchaînés 4 victoires en 4 matchs avant le duel face à Metz, et 4 victoires en coupe de France. Comment s’est passé ce beau début de saison ? 

Le début de saison, malgré les victoires, a été poussif, nous nous sommes fait peur sur certains matchs largement à notre portée, mais au fur et à mesure, nous commençons à bien nous caler à ce championnat et à avoir des situations de références.

Crédit photo : Gustavo sports Pictures

Comment s’est passé la rencontre à Metz ? 

Nous avons perdu à Metz face à une très belle équipe qui nous a posé les problèmes qu’il fallait. Nous avons effectivement de bonnes excuses comme la fatigue des matchs et des déplacements accumulés en championnat et en coupe de France. Nous aurions aimé avoir plus de fraîcheur sur ce match, nous avons été frustrés de ne pas maîtriser ce match même en état de fatigue. Nous continuons de travailler, nous savons sur quoi les équipes vont à peu près toutes nous titiller. 

Nous avons pu vous voir remonter à bloc contre l’ATH 2 à domicile le week-end dernier, c’est encourageant pour la suite du championnat ? 

Nous avons su gérer le match d’entrée et chacune a utilisé ses qualités, ce qui a donné de la menace partout. Nous avons aussi su rester impliquées, nous aurions pu nous relâcher et nous rendre le match difficile car en face, malgré les difficultés que nous leur avons causés, l’ATH a continué de jouer jusqu’à la soixantième minute. 

Nous pourrions dire que c’est encourageant, mais le championnat N1 est compliqué, les équipes sont très différentes les unes des autres en terme de projet ou même de profils. Il ne faudra pas se relâcher.



 Après 4 victoires en coupe de France, vous recevez en 16ème de finale Rennes St Grégoire au gymnase du Champy ce samedi 16 novembre à 19h. Comment arrivez-vous à concilier le double objectif qui est de remonter en D2F et d’aller le plus loin possible en coupe de France ? 

Nous prenons match après match, que ce soit en championnat ou en coupe de France. Effectivement, nous redescendons de D2 et nous avons annoncé que nous voulions remonter mais rien ne sera facile, notre poule est composée de 2 très bons centre de formation et d’autres équipes à ambitions. Concernant la coupe de France, nous avons eu des tirages au sort favorables jusqu’à présent, maintenant, à nous de jouer face à Rennes.

Un mot de la fin ? 

On espère vous voir nombreux sur nos matchs à domicile, et merci à ceux qui nous suivent depuis le début !

Crédit photo : Julian Renard

Bienvenue au 3 ème tour de coupe de France

A l’occasion du troisième tour de coupe de France, nos Louves se déplacent à Sainte Maure Troyes ce samedi 12 octobre. Après deux tours maîtrisés face au PSG (N2) et à Alfortville (N1), nos Louves auront à cœur de gagner cette troisième rencontre dans cette compétition. Rencontre avec Peggy Chape Giral, la doyenne de nos Louves.

Peux tu te présenter pour nos lecteurs ?

Bonjour je suis Peggy Chappe Giral j’ai 40 ans et je suis éducatrice sportive et secrétaire dans un club de tennis.

Quel est ton parcours sportif ? Depuis quand es-tu à Noisy-Le-Grand ?

J’ai débuté le hand au collège à Pontault Combault puis je me suis inscrite en club dans cette même ville où je suis restée toute ma jeunesse. J’ai fais le sport étude de Tournan en Brie et à mes 18 ans je suis partie sur Ormesson pour jouer en N2, j’y suis restée 3 années. Puis je suis arrivé sur noisy le grand à mes 21 ans je vous laisse faire les calculs… Pour découvrir le niveau du dessus la N1 et montée 3 ans après en D2… Que c’est beau de vivre une montée avec son club.

Comment trouves-tu l’équipe dans ces 3 premiers matchs de championnat ?

Nous sommes en rodage avec de nouvelles joueuses qui doivent à la fois trouver leurs repères dans notre jeu et trouver leur marque sur leur jeu perso au sein du groupe. Mais on avance bien.

Nous travaillons pour que ça porte ses fruits rapidement, dans l’idée de nous satisfaire mais aussi satisfaire les gens qui nous supportent. Produire du beau hand ball c’est tellement plus sympa.

Un match référence pour nous ce week-end à Alkirch très agréable.

Le groupe vie bien, les filles se sont bien intégrées

Comment abordes-tu les matchs de coupe ?

La coupe de France c’est pour moi une opportunitée de pouvoir vivre autre chose, de sortir du championnat et de se faire plaisir en accueillant une belle équipe de D2 ou pourquoi pas de D1…

Donc je les aborde comme un match qu’on ne doit pas perdre, l’envie reste la même avec un peu de folie en plus en regardant un peu plus loin si une opportunité se présentait.

Nous savons qu’en tant que doyenne de l’équipe, tu as connue une demie finale contre Metz (de mémoire) il y a plus de 10 ans ? Peux tu nous raconter un peu ce souvenir ?

Un de mes plus beau souvenir sur les terrains lorsque nous sommes arrivés à Besançon pour jouer ce match contre Metz c’était l’euphorie, le plaisir, le bonheur un mélange d’émotion comme si un devoir était accomplie enfin presque et qu’on pouvait le faire aller jusqu’au bout en battant cette équipe déjà si forte qu’était Metz, on n’était même pas effrayées… Quel match… nous avons échoué si près du but (-2) mais on l’avait fait, on ‘s’était battue comme des folles sur chaque action, chaque ballon donc pas de regret. Une expérience que je souhaite à tous de vivre.

Un mot de la fin ?  

Se battre ne jamais renoncer et vivre tous ces beaux moments que le sport peut nous apporter.

Bienvenue Aby !

A l’issue de cette troisième journée, nous sommes allés à la rencontre de Abiba Fofana, notre recrue au poste d’arrière gauche !

Bonjour Abi, peux-tu te présenter en quelques mots ?


Bonjour, je m’appelle Abiba Fofana mais on m’appelle le plus souvent « Aby », j’ai 32 ans et je suis arrière gauche. A la base je suis éducatrice sportive mais depuis quelque temps, je me suis reconvertie dans le social.

Quel est ton parcours sportif ?

Mon parcours sportif n’est pas commun, j’ai commencé par de l’athlétisme, jusqu’à mes 22 ans à peu près ( ma spécificité était le triple saut) et par la suite, je me suis dirigée vers le handball (de part mes copines qui en faisaient)

Pourquoi avoir choisi l’Entente ? Comment les contacts ont-ils été établis ?

A la fin de mon année à Aulnoye Aymeries handball (Sambre), je voulais rentrer sur Paris parce que mon mari y vivait donc c’est tout naturellement que j’ai opté pour le mythique club de Noisy-Le-Grand, en entente avec Gagny. J’ai plusieurs anciennes copines qui y ont joué et qui m’en ont dit le plus grand bien, c’est d’ailleurs par le biais de Cathy Djouhan (ancienne joueuse de Noisy) que le contact s’est fait avec Safwann Khoudar (l’entraîneur de l’équipe première de l’Entente Noisy-Le-Grand / Gagny)

Comment s’est passée la reprise ? L’intégration est-elle aisée (en dehors et sur le terrain) ? Connaissais-tu déjà des filles ?

La reprise s’est très bien passée, mise à part une petite entorse du genou qui m’a arrêté quelques semaines. L’intégration a été superbe, les filles sont vraiment top, ce qui m’a bien évidemment facilité tout ça. Concernant le terrain, on ne se connaissait pas du tout au niveau du jeu, il a donc fallu peaufiner ensemble. Je ne connaissais pas personnellement les filles, que de noms et du fait qu’on se soient rencontrées sur le terrain ..

Quels sont tes objectifs en arrivant ici ?

La remontée en D2, bien évidemment est l’un de mes objectifs, parce qu’il est inconcevable que ce club mythique reste en N1 après toutes ces années passées dans le haut de tableau D2F. D’un point de vue personnel, l’objectif est que je m’éclate et que je me fasse plaisir en N1, si tout se passe comme prévu, ça sera un plus pour l’équipe.

Comment te sentais tu à l’approche du premier match officiel ?

Avant le 1er match, je me sentais bien. Je revenais d’une petite blessure,
une entorse sur le ligament externe du genou et j’avais un œdème sur l’os. Le processus a suivi son cours, les coachs ont été cool et ont ménagé ma reprise. Il fallait juste que je retrouve mes marque avec la team.

Mot de la fin ?

Je suis ravie d’avoir signé ici.

Venez nombreux pour nous supporter afin de concrétiser l’opération de remontée en D2F.

Gooooo les Louves !

Après avoir battu le PSG (N2 F) le 8 septembre, nos Louves s’apprêtent à affronter US Alfortville (N1 F), ce samedi à 20h30, lors du deuxième tour de coupe de France. Entre temps, notre équipe première a remporté les deux premières journées du championnat N1 F. Rencontre avec Safwann Khoudar, pour échanger sur ce début de saison très intéressant pour la suite.

Quel est ton rôle au sein de l’Entente Noisy-Le-Grand / Gagny ?

Ma mission principale est l’entraînement de l’équipe première qui évolue en N1F. 

Je m’occupe également de piloter le projet de développement du club. Cela consiste à définir les grands axes stratégiques qui nous semblent adaptés à l’avancée du projet :

1) La structuration avec les membres du CA et les Directeurs techniques de la formation des jeunes joueurs et joueuses, des entraîneurs et des arbitres. 

2) L’intervention dans le tissu social local (écoles, collèges, lycées, maison pour tous, quartiers…) afin de promouvoir les valeurs de notre sport et du club. 

3) La communication, le développement et l’animation du réseau de partenaires avec l’aide des membres du pôle visibilité du club. 

4) L’amélioration de notre rayonnement sur le handball de l’Est parisien. 

Comment s’est passée la préparation avec la N1 ? 

La préparation s’est très bien passée, nous avons eu 6 semaines de travail avant le premier match officiel de championnat. Il a fallu intégrer de nombreuses joueuses dans l’effectif (3 recrues, un retour de longue blessure et une joueuse issue de l’équipe réserve) et créer tout de suite une dynamique nouvelle pour la saison. Je pense que tout le monde est conscient du travail à réaliser tout au long de l’année pour atteindre nos objectifs. Nous allons faire en sorte avec le staff d’avoir un groupe concerné et motivé sur chaque séance pour progresser. 

Que peux tu dire des deux premiers matchs de championnat qui se sont soldés par deux victoires ? 

On s’est fait peur sur le premier match à Chevigny, mais on a réussi à se reprendre sur la fin. Le match de Yutz a permis de montrer qu’on évolue positivement et que tout le monde est capable d’apporter sa pierre à l’édifice. 

Nous sommes encore en rodage, des nouvelles joueuses, une nouvelle dynamique, un nouveau projet de jeu, un nouveau championnat, ce serait absurde et fou de penser que tout allait fonctionner sans accrocs dès le départ. 

Il faut encore trouver des automatismes sur le terrain ce qui est normal. L’évolution est constante et on sent qu’on a encore une belle marge de progression. 

Quels sont les objectifs en championnat ? 

L’objectif est clair : il faut remonter en D2F. Après la déconvenue de la saison dernière, malgré un bilan de 10 victoires, 1 nul et 11 défaites qui s’est soldé par une descente à l’échelon inférieur, le groupe a vraiment à coeur de gagner les matchs cette saison et de remettre le club à la place qu’il occupait depuis plus de 10 ans en D2F. 

Après une première victoire au PSG en coupe de France, vous rencontrez Alfortville ce samedi. Comment te sens tu à l’approche de ce deuxième tour de coupe de France ?

Je suis impatient de jouer ce match contre une belle équipe qui n’est pas dans notre poule. C’est un club qui est régulièrement performant en N1F et qui occupe régulièrement les parties hautes du classement. Leur bilan actuel est similaire au nôtre avec 2 matchs et 2 larges victoires. Je pense que ce sera un bon test pour nous savoir où on en est et continuer d’avancer dans cette compétition à part. 

Quel est l’objectif en coupe de France ?

Nous voulons faire au moins aussi bien que la saison passée, c’est à dire recevoir une équipe de première division au Clos de l’Arche. Nous avions accueilli l’équipe de Dijon en 32e de finale où nous avions fait un très bon match en les accrochant pendant plus de 50 minutes. Le gymnase était plein et nos supporters avaient vibrés pour ce match.

L’objectif est d’aller le plus loin possible et de continuer à donner à nos supporters des émotions intenses avec une compétition comme celle de la Coupe de France. 

Peux tu nous en dire plus sur le futur de l’Entente Noisy le Grand Gagny ? Le projet de fusion est-il toujours en cours ? 

Le projet de fusion est toujours d’actualité. Pour l’instant ce rapprochement entre nos deux clubs porte ses fruits sur le plan sportif. 

Le pôle de performance féminin est renforcé de saison en saison : 3 équipes de -15 F, une équipe U18 France qui finit dans le TOP 16 national la saison passée, une équipe de N3F, une équipe de N2F avec une moyenne d’âge de 18 ans et une de N1F qui joue la montée en D2F. En ce qui concerne les garçons, nous continuons de structurer la filière avec les SM1 en tête de gondole. Les équipes jeunes continuent de progresser pour jouer au meilleur niveau régional sur chaque catégorie.  

Le parcours sportif qui est proposé me semble très intéressant et peut se faire seulement avec la mutualisation des ressources et des compétences. Nos partenaires institutionnels sont tous derrière nous pour que le projet se fasse et les élus avancent sans brûler les étapes afin de rendre une copie propre et cohérente le moment venu. 

Il reste maintenant à entériner cette fusion, de manière juridique et administrative, par les deux assemblées générales des clubs prévues dans le courant du mois de décembre. 

Mot de la fin ? 

Le mot de la fin sera adressé à nos supporters (fidèles ou occasionnels). Nous avons l’opportunité cette saison de vivre une formidable aventure avec la volonté de remonter en D2F et d’aller le plus loin possible en coupe de France. Cette aventure doit se partager et se vivre ensemble. L’affluence au Clos sur les trois dernières saisons étaient vraiment incroyable et nous espérons tous (staff et joueuses) que vous continuerez à nous soutenir car nous avons besoin de vous ! 

Bienvenue Clara Vershuuren

A l’occasion du premier match de championnat de nos Louves en N1 F, nous sommes allés à la rencontre de Clara, notre recrue, gardienne de but.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis Clara Verschuuren, je suis Belge et j’ai 25 ans. En 2017, j’ai reçu mon diplôme de Master Biologie à l’Université de Gand. Après ça, j’ai travaillé à l’Université de Gand ou j’ai fait des recherches sur le vieillissement.

Quel est ton parcours sportif ?

En 2000, j’ai commencé le handball à Waasmunster en Belgique où j’ai joué 18 ans. Le club a été promu en D1 en 2011. J’ai donc joué 7 ans en D1.

La saison dernière j’ai joué à Dalfsen en D1 aux Pays-Bas. En novembre, j’ai eu une opération au genou (ligament croisé) et je suis rentrée en Belgique pour ma rééducation. Et me voilà, après 9 mois de travail, je suis à l’Entente Noisy-Gagny cette saison.

Pourquoi avoir choisi l’entente ? Comment les contacts ont-ils été établis ?

Mon équipe aux Pays-Bas s’est arrêtée (elle n’existe plus). En Mai, l’entraîneur de l’équipe nationale belge m’a mis en contact avec Safwann. Il était à la recherche d’une gardienne pour cette saison. Je cherchais un club avec des ambitions, des joueuses motivées et des entraînements spécifique pour les gardiennes. J’ai vu un match de Noisy et après une bonne conversation j’étais convaincue de vouloir jouer pour l’entente Noisy-Gagny.

Comment s’est passé la reprise ? L’intégration est-elle aisée (en dehors et sur le terrain) ? Connaissais-tu déjà des filles ?

La reprise s’est bien passée, mais mon corps doit encore s’adapter à l’intensité des entrainements. Je continue de bien travailler pour progresser le plus possible.

Je ne connaissais personne, mais l’intégration se fait bien. Le plus difficile est la langue française. Je comprends généralement ce qu’on me dit, mais c’est difficile de répondre instantanément. Et quand je ne comprends pas quelque chose, quelqu’un me l’explique lentement. Sur le terrain tout le monde s’encourage et ça facilite l’intégration. En dehors tout le monde essaie de me proposer avec différentes activités, comme un trip à Paris, manger ensemble ou regarder un match.

Quels sont tes objectifs en arrivant ici ? Collectifs et perso

L’objectif collectif est de remonter en D2. Mon objectif est de retrouver des automatismes dans le but et de retrouver le plaisir sur le terrain. Après une longue rééducation, je dois être patient pour obtenir mon ancien niveau.

Comment te sentais-tu à l’approche du premier match ?

Je me sentais heureuse de rejouer un match officiel. J’aime sentir l’adrénaline en essayant d’arrêter tous les tirs. J’attendais avec impatience qu’on se batte ensemble.

Un mot de fin ?

À tous les supporters… Si vous me rencontrez, ne parlez pas trop vite 😉 

Bienvenue Jenna !

C’est la 4ème semaine de préparation pour nos Louves. Pour l’occasion, nous sommes allés parler avec Jenna, une de nos nouvelles recrues, pour en savoir un peu plus sur elle…

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je me présente, je suis Jenna Vanbostal, j’ai 23 ans, très prochainement 24 ! Je suis actuellement en Master 2 MEEF (master de l’education, de l’enseignement et de la formation) et je suis stagiaire en tant que professeur d’EPS après avoir obtenu mon CAPEPS.

Quel est ton parcours sportif ?

j’ai commencé le handball très jeune car mes parents étaient joueurs eux aussi à la Stella Saint Maur, donc la où j’ai fait mes 12 premières années puis j’ai joué 5 ans à l’US Alfortville en N1, je suis retournée l’année dernière à Saint maur pour découvrir la D2 et me voici à l’entente Noisy-Gagny cette année.

Pourquoi avoir choisi l’Entente ? Comment les contacts ont-ils été établis ?

Pour plusieurs raisons, tout d’abord dans ma voie professionnelle je suis amenée à rester sur Paris durant au moins quelques bonnes années, de plus tous mes proches sont ici, donc je cherchais un club en région parisienne. Ensuite, je cherchais un club avec des ambitions et des objectifs où je pourrais retrouver du plaisir après une saison un petit peu compliquée personnellement à Saint Maur. L’Entente Noisy-Gagny m’intéressait donc sur plusieurs points de vues. J’avais laissé entendre mon intéressement et lorsque le club a eu la confirmation de plusieurs départs sur le poste de demi-centre, Safwann a cherché à me contacter afin de me faire part du projet (qui m’a tout de suite plu).

Comment se passe la reprise ? L’intégration est-elle aisée (en dehors et sur le terrain) ? Connaissais-tu déjà des filles ?

La reprise se passe très bien pour le moment, côté sportif, la fatigue commence à se faire ressentir lors de cette troisième semaine de préparation, mais nous continuons de bien travailler afin de progresser le plus possible et d’être prêtes dès le premier match officiel. Nous travaillons bien physiquement, et au niveau handballistique, nous commençons à trouver des automatismes petit à petit. Les matchs amicaux, qui se sont soldés par deux défaites et une victoire, nous ont permis d’en ressortir de gros axes de travail. Côté humain tout se passe très bien, je connaissais quelques filles effectivement car le milieu du handball surtout en région parisienne est tout petit ! L’intégration, que ce soit d’elles ou de filles que je ne connaissait pas du tout se fait très bien et facilement. Ça a vraiment l’air d’être un bon groupe qui vit bien ensemble !

Quels sont tes objectifs en arrivant ici ? (Collectifs et personels) Comment te sents-tu à l’approche du premier match ?

L’objectif collectif, tout le monde le connait déjà je pense, c’est de remonter en d2. Cela va être difficile, car la N1 n’est jamais un championnat facile ou l’on peut prédire à l’avance qui montera, mais nous travaillerons dur pour. Personnellement, mon objectif est de retrouver du temps de jeu et de retrouver du plaisir sur le terrain en reprenant confiance en moi. Je me sens pressée à l’approche de ce premier match de championnat, pressée de voir la capacité de l’équipe à se battre ensemble pour aller chercher des victoires !

Un mot de la fin ?

Merde à nous pour cette saison !

HOP HOP HOP, c’est bientôt la reprise !

A un mois tout juste de la reprise des entraînements, nous vous présentons l’effectif définitif pour la saison 2019-2020. 

C’est une équipe légèrement remodelée qui reprendra le chemin de l’entrainement le 5 août à 19h. L’arrivée de 3 recrues a été annoncée il y a quelques semaines sur les réseaux sociaux afin de compléter l’effectif. 


Gardiennes : Jacqueline Oliveira, Clara Verschuuren (venue de Belgique)

Pivots : Audrey Scleve, Isaure Mosabau

Ailière gauche : Rebecca Bossavy

Ailières droites : Solène Gilson, Peggy Giral

Arrières latérales : Amina Bellakhdar, Abiba Fofana (venue du Sambre Avesnois D2F), Axelle Iziquel, Mathilde Lorrillard (retour de blessure), Estelle Nelson (équipe réserve N1F)

Demi-centre : Raphaelle Dos Reis, Jenna Vanbostal (venue de St Maur D2F).

L’équipe sera renforcée par des jeunes joueuses qui feront partie du groupe d’entrainement et nous espérons très vite qu’on les verra sur les feuilles de matchs : Romane Damiens (ARD), Coura Camara (ARG), Emmauelle Thobor (PVT, pole de Châtenay Malabry).

Le groupe reste très expérimenté avec une moyenne d’âge de 27 ans. L’objectif clairement affiché est la remontée pour la fin de saison.

Vous pouvez découvrir ci-dessous notre poule (Nord-Est), dans laquelle est présente de nombreuses réserves : Metz, Besançon, Dijon, Achenheim (D2F). 

Cette poule s’annonce relevée avec des équipes rompues aux joutes de la N1F. Pour votre information, dans cette poule, la montée s’est acquise avec 7 défaites sur 22 matchs la saison dernière pour Palente Besançon. On aura donc une poule très homogène.Seulement une équipe francilienne sur les 6 possibles sera présente avec nous, il s’agit de Cergy (promu de N2F).

Dans le courant du mois d’août, nous vous présenterons le programme des matchs amicaux avant le premier match de championnat qui aura lieu à l’extérieur le 14/15 septembre contre Chevigny (banlieue dijonnaise).

Nous vous attendons nombreux pour notre première réception au Clos, avec un sol tout neuf, le samedi 21 septembre à 20h15 contre Yutz. 

Restez connectés pour d’autres informations pendant l’été. 
Gooooo les Louves ! 

Clap de fin

C’est l’heure du bilan pour nos collectifs engagés en national.

Notre équipe première

Pour nos Louves de la D2 F, la saison a débuté par la poule du Nord avec 8 équipes qui, à la fin de cette première phase seront engagées en playoff ou en playdown. 

(les “playoff” sont réservées aux 4 premières équipes des deux poules de D2 F, tandis que les “playdowns” pour les 4 dernières équipes). 

A l’issue de la première phase, notre équipe compte 25 points. En 14 matchs, nous avons un bilan de 5 victoires, 1 nul et 8 défaites. Nous occupions la 7 ème place sur 8 équipes, ce qui nous propulse en playdowns avec pour objectif absolu : le maintien. 

Nous gardons les points et résultats des équipes avec lesquelles nous descendons. Sur les 6 matchs nous gardons seulement 2 victoires et 4 défaites. A partir de là, il nous reste 8 matchs contre les 4 dernières équipes de la poule 2. 

La première phase a été entachée de nombreuses blessures qui ont souvent pénalisés les Louves surtout dans les matchs couperets. Elles ont tout donné avec leur force du moment, ce qui n’a pas été suffisant pour aller chercher les playoff.

Sur les 8 matchs, les Louves engrangent 5 victoires et 3 défaites, mais cela n’a pas suffit. Elles occupent en fin de saison la 6 ème place sur les 8 équipes engagées en playdowns. 

Nos Louves évolueront donc en N1 F la saison prochaine, avec pour objectif : la remontée en D2 F.

Notre équipe réserve

Nos jeunes Louves de l’équipe réserve ont évolué en N1F cette saison.

Nous pouvons souligner le bon bilan de nos jeunes joueuses qui ont réussi à chercher des bons résultats avec hargne et pugnacité. Malgré un changement de coach au mois de décembre, elles comptent au terme des 22 matchs : 34 points soit 6 victoires, et 16 défaites.

Le groupe, avec une majorité de joueuses âgées de moins de 22 ans, a su puiser des ressources importantes pour tenter de se maintenir. De nombreuses joueuses qui découvraient ce niveau de jeu ont progressé tout au long de la saison. Un bilan qui restera très formateur pour les Louves. 

L’équipe réserve, qui a toujours pour objectif la formation, elle évoluera en N2 F la saison prochaine pour continuer à faire émerger ces jeunes pousses vers l’équipe première de l’Entente.

Notre équipe N3 F.

Viens au tour de notre N3 F (région) !

Notre équipe 3 début l’année dans la poule B, où elle termine à la dernière place avec 20 points (3 victoires et 11 défaites). Comme pour nos Louves de la D2 F, notre N3 F accède aux playdowns avec un seul objectif : le maintien. 

C’est le même principe que pour notre équipe fanion, c’est-à-dire que la N3 F arrive en playdowns avec les points et résultats des équipes avec lesquelles nous descendons. 

Il nous reste alors 8 matchs, contre les 4 dernières de la poule A, pour espérer être en N3 F (région) de nouveau la saison prochaine. 

C’est à l’issue des 8 matchs, mais surtout des 6 victoires (et 2 défaites) que nos Louves de la N3 F se maintiennent pour la saison prochaine. 

Notre équipe – 18 F CDF

Nos mini Louves, évoluant en – 18 championnat de France, finissent la 1 ère phase à la première place avec 27 points. Sur 10 matchs joués, elles comptent 8 victoires, 1 nul et 1 défaite (poule 11). 

Lors de la deuxième phase, notre équipe finit à la deuxième place (6 victoires, 4 défaites) et accède en 8 ème de finale Garçonnet. C’est lors d’un déplacement à Metz que nos mini Louves affrontent l’ESBF (Besançon). Leur saison s’achève par une défaite 25 à 22. Elles ne pourront donc pas continuer plus loin et aller défendre les couleurs de l’Entente dans ces finalités.

Cela reste un très beau parcours car elles se classent dans les 16 meilleures équipes de France ! Nous espérons voir ces joueuses avec nos équipes seniors dans les années à venir. 

Malgré 2 descentes sur nos 4 collectifs engagés en championnat national, le bilan reste encourageant. Les clubs de l’Entente entendent bien continuer cette politique tournée vers la formation des jeunes. 

Sur les 4 dernières saisons, 6 joueuses passées par nos clubs et la D2F ont signé un contrat professionnel en LFH. 

De nombreuses passées par le pôle continuent de jouer pour nos collectifs. 

Cela ne fait que commencer, nous comptons bien faire perdurer ces performances de formation et faire progresser des jeunes talents dans nos rangs. 

A la saison prochaine !

Gooooo les Louves !