Merci Safwann Khoudar

Safwann Khoudar, entraîneur de l’équipe première féminine depuis 9 saisons ne sera plus l’entraîneur des Louves la saison prochaine. Il a décidé de partir vers d’autres horizons. C’est avec émotion qu’il revient avec nous sur le chemin parcouru, découvrez notre dernière interview. 

Comment es-tu arrivé à Noisy-Le-Grand ?

Je passais mon DEJEPS (diplôme d’Etat) et je n’avais pas de financement pour le payer. C’est alors que j’ai appris que le club de Noisy le Grand cherchait un apprenti. J’ai rencontré le président (à l’époque Michel Larmonier) et j’ai été embauché. Sur des missions d’agent de développement, pour intervenir dans les écoles notamment et lancer des actions sur les secteurs de la communication et de l’événementiel. J’ai commencé à intervenir progressivement sur les entraînements de la D2 à cette période. 

Quel a été ton parcours depuis ? 

L’année suivante, je signe un contrat en CDI monté avec le comité départemental de handball 93. Je m’occupais de la filière féminine sur le département de la Seine Saint Denis et de l’entraînement de l’équipe première sur Noisy. Ce contrat à mi-temps avec le comité m’a permis de développer mon réseau sur le territoire et de voir d’autres façons de fonctionner dans les clubs alentours. J’ai pu aussi entraîner la sélection départementale et vivre de belles aventures avec les différentes générations de notre département. L’autre partie en mi-temps avec le club me permettait d’entraîner le soir à Noisy.  

J’ai travaillé de cette manière pendant 5 ans et au bout d’un moment cette situation n’était plus viable pour faire évoluer le projet de développement du club. En 2016, je deviens exclusivement salarié du club et je m’occupe de piloter la structuration de son projet sur différents pôles. 

Peux tu nous décrire en quelques mots l’avancée du club, au cours de tes 9 années passées au club ? 

Quand je suis arrivé au club, nous avions une équipe première déjà très performante. Championne de France de D2F en 2010-2011, elle occupait régulièrement le haut du tableau. Par contre, le club rayonnait seulement grâce à son équipe première. Je dirai que les performances de la D2F était largement en avance par rapport à la structuration du club. Les équipes de jeunes n’étaient pas présentes sur toutes les catégories notamment chez les filles, peu de communication ni d’événementiel sur les matchs, pas de relation avec le tissu socio-éducatif de la ville et peu de contacts avec les élus et partenaires privés. 

Depuis, au fil des saisons, le club a grandi bien sûr grâce au travail mis en place par les dirigeants depuis plusieurs années, mais aussi par l’arrivée d’une équipe de dirigeants et bénévoles dynamique. On a pu développer la communication, l’événementiel dans un premier temps. Les tribunes se sont remplies et on est passé de 30% de remplissage à 50% puis 100% il y a 4 ans. Depuis, c’est devenu presque normal de voir le Clos de l’Arche plein sur les matchs de son équipe première. 

On a également travaillé dans les écoles, collèges et quartiers de la ville. Au fur et à mesure les équipes de jeunes se sont développées et les compétences de nos entraîneurs également. Nous avons aussi énormément développé notre réseau de partenaires au sein de la ville. 

Je pourrai parler de nombreux domaines encore, mais je ne veux pas énumérer chaque secteur. 

En tout cas, en 9 ans, le club a changé de statut. La structuration du club est maintenant remarquable. Elle s’est permise aussi grâce à l’entente avec Gagny. Il reste encore beaucoup de choses à faire avec le projet de fusion qui arrive et qui demandera la mise en oeuvre d’une vision stratégique claire. Je fais 100% confiance aux dirigeants pour y arriver. 

Parle nous de ce projet de fusion avec Gagny ?

Le projet un peu fou au départ de rassembler les clubs du sud 93 est venu du comité. En 2012, l’entente -18 France féminine a vu le jour et elle rassemblait 4 clubs. On a fait le choix de nous rapprocher de Gagny qui avait une vision similaire à la nôtre sur le développement de cette entente. Nous avons décidé en 2015 de lier nos équipes premières : Noisy sur la D2, Gagny sur la N3. Cette équipe réserve est montée jusqu’en N1 la saison passée grâce au bon travail de Kamel JGOUTA, l’entraîneur à l’époque et aussi du staff technique. Progressivement, les clubs ont continué de travailler pour généraliser cette entente des U15 jusqu’aux seniors. Maintenant l’entente c’est 25 équipes, plus de 30 entraîneurs, 3 équipes nationales féminines. 

La fusion a été adoptée par les AG respectives puis le CA commun début mars, c’est l’étape suivante qui était imaginée, rêvée au départ et qui devient réalité. A voir comment tout cela va se goupiller. C’est une étape importante pour la suite. 

Peux tu nous en dire plus sur ton projet pour la saison 2020-2021 ? 

J’ai décidé de partir sur le secteur masculin en tant qu’entraineur principal. 

On va finir par un petit jeu .. 

Ton meilleur souvenir dans la tanière des Louves?

Un match contre Aunis La Rochelle en octobre 2015 de mémoire. Non pas pour le match en lui même, mais parce qu’à ce moment j’ai senti qu’une nouvelle dynamique était en train de naître dans le club (communication, événementiel, équipe de dirigeants…). 

Ton pire souvenir dans la tanière des Louves ?

La saison 2018/2019, une saison qui s’est conclue par la descente, mais de nombreux événements se sont passés dans la saison qui présageaient une saison très compliquée. Avec du recul c’est une saison très difficile, mais qui nous a tous appris. 

La saison la plus marquante ?

Je dirai 2016/2017. On finit vice champion de D2F. On était au coude à coude jusqu’à la fin avec Bourg de Péage qui finit premier et qui monte à la fin de cette saison.

Un match à retenir ?

Brest à Brest (saison 2015/2016 il me semble). On fait nul à la dernière seconde avec un but magnifique de Koukou (Khoudiedji Ba). 

C’est un match télévisé, notre maillot ne tranchait pas assez avec les couleurs adverses et vu qu’on avait pas de second jeu ce jour là, on a joué avec nos maillots d’échauffement ! La honte !!! On devait être tout juste 11 sur la feuille. C’était en total décalage avec la grosse écurie brestoise. Près de 4000 spectateurs, un show pendant le match, des journalistes télé, radio et presse écrite, un VIP plus rempli que nos tribunes. Nous on s’en foutait, on jouait avec nos maillots d’échauffement et on rivalisait avec cette grosse équipe. C’est ce qui a fait le charme de Noisy. Avoir un groupe qui ne lâche rien, peu importe la situation, si cocasse soit elle. Pour clore l’anecdote, on a fini au grec ce soir là car le dirigeant n’avait pas prévu de Resto ! Une très belle soirée hahah ! 

La joueuse la plus marquante ?

Je pourrai parler de tellement de joueuses. Donc je vais faire ce que j’ai dit il y a quelque temps déjà ! Je dirai Dédé (Audrey Scleve) car c’est une personne remarquable et exemplaire. Une joueuse bourrée de talents et un leader sur le terrain. On a partagé beaucoup de bons moments ensemble et j’espère que ce n’est pas fini. De temps à autre quelques prises de becs qui rajoutent un peu de piments, mais ça ne fait pas de mal ! 

Je pourrai aussi parler de quelques unes de nos gardiennes pour qui j’ai beaucoup d’affection et un profond respect : Hatadou bien sûr, Simona, Anca, Clara et Jacquie ! 

Une soirée d’après match qui t’a le plus marqué ? 

Sans aucun doute la soirée après le match de Yutz (saison 2016/2017 je pense). Dernier match de la saison, on gagne ce qui nous place sur la deuxième marche du podium. On va dans ce magnifique établissement réputé de la vie nocturne de Thionville. En face la gare : Le Prince !!! 

Toute l’équipe est là, RP danse sur du Hip Hop debout sur le canapé. On rentre de la gare à l’hôtel au petit matin et de nombreuses péripéties comiques se déroulent entre la gare et notre hôtel. Souvenir très drôle. 

Mot de la fin ?

J’ai une chance inouïe d’avoir pu passer autant de bons moments à Noisy. C’est et ça restera mon club de cœur. 

Je quitte un club sain et florissant, sur de très belles notes : une montée en D2F, un staff de qualité, une fusion entérinée, des équipes de jeunes performantes. Je suis très fier du chemin qu’on a parcouru tous ensemble. Fier d’avoir pu croiser le chemin de personnes extraordinaires dans le club (les bénévoles, les dirigeants, les entraîneurs, les joueuses), mais aussi en dehors (partenaires institutionnels, partenaires privés, Meriem du Service des Sports, Celie du service Communication entre autres…). 

Bien sûr triste, mais en même temps heureux, car je pars avec le sentiment du devoir accompli en voyant que le projet va continuer de se développer. 

Si on m’avait dit en 2011 que le club serait à ce niveau sportif, mais surtout à ce niveau de structuration avec des personnes aussi compétentes dans tous les domaines, je n’y aurai pas cru. C’est vraiment une belle aventure à laquelle j’ai contribué. 

Merci à vous mes amis ! 

Merci aux deux présidents qui m’ont fait confiance : Michel Larmonier avec qui j’ai signé mon premier contrat au club qui m’a transmis son expérience et Jean Christophe Naal qui a apporté sa vision au projet et qui m’a donné les moyens de réaliser nos objectifs. 

Gooooo les Louves ! 

Le mot des Présidents :

J’ai fait la connaissance de Safwann, lors de son embauche au mois de novembre 2011 comme apprenti au sein du club. Il a été depuis cette date d’une grande fidélité et d’un grand investissement pour développer le club et maintenir son niveau de jeu. Il a partagé pendant plusieurs saisons son activité entre l’encadrement de l’équipe féminine et le Comité Départemental de Handball pour développer son sport, et il y a bien réussi. Au début, adjoint dans l’encadrement de l’équipe féminine de division 2, il a su apprendre de ses pairs pendant quelques saisons, puis il a su assurer la continuité de ces derniers en prenant le rôle d’entraineur principal, tout en maintenant la collaboration et la cohésion de l’équipe d’encadrement en place. Pendant tout ce temps passé à ces cotés, j’ai pu apprécier son investissement, sa faculté à écouter les autres, à manager un collectif, à apprendre et à partager ses connaissances, et sa fermeté dans ses choix et décisions, parfois peut être «  un peu trop ». Safwann nous quitte, je peux le regretter, mais je savais qu’un jour une autre aventure nécessaire s’offrirai à lui pour qu’il puisse mettre en valeur toutes les compétences qu’il a acquises à Noisy.
Saf je te remercie de tout ce que tu as fait pour le club, pour ta fidélité, pour les moments de partage entre nous dans la victoire ou dans la défaite pendant ces nombreuses années. Je te souhaite toute la réussite possible et n’oublies pas que Noisy aura toujours un « œil sur toi » »

Michel Larmonier

Un jour de finale de comité, on est à Sarran, en mai 2015. On s’est rencontré sur un titre de champion de France. Depuis 5 ans, on n’a jamais arrêté de rêver et de réfléchir ensemble à structurer notre vision commune du Handball. Je te le dis sans détour, j’ai beaucoup appris à tes côtés. Surement plus que tu ne peux l’imaginer. J’ai hésité à partir dans un registre plus personnel et à parler de ses moments passés importants qui jalonnent une vie, ou imaginé les futurs, mais on aura tout le temps de refaire le monde. Je vais donc prendre une plume formelle et parler de ta réussite, de ton implication et de la vision que tu as apportée à ce club.

De la vision d’un entraineur à la réussite d’un manager, tu n’as cessé de progresser et de faire avancer le club dans le bon sens. Le projet territorial a toujours été ton cheval de bataille. Nous sommes un club formateur et tu as fait le nécessaire pour accompagner la structuration du club dans ce sens.

Et puis il y a le terrain, ta maison, celui sur lequel les gens te connaissent le mieux, celui sur lequel tu t’exprimes si bien, celui où tu nous as apporté le plus de sensations et d’émotions.

Alors pour tout ça, il y aura toujours une place pour toi à nos côtés, sur le terrain ou en dehors, mais en attendant je te souhaite le meilleur et la plus belle des réussites sportives. »

Jean-Christophe Naal
Écrit par Léa