On fait le point avec Mathilde Lorrillard

Bonjour Mathilde, peux tu te présenter pour nos lecteurs ? 

Je m’appelle Mathilde Lorrillard, j’ai 23 ans et je joue au poste d’arrière droite. Je suis parallèlement en STAPS à l’UPEM.

Quel est ton parcours sportif ? 

J’ai commencé le handball à l’âge de 11 ans au club de Saint Brice sous Forêt (95) après avoir fait de l’équitation et de l’athlétisme. Par la suite, j’ai fait les détections jeunes (comité et ligue) puis je suis rentrée au pôle d’Ile de France à Châtenay Malabry jusqu’à mes 18 ans. J’étais en même temps au club de Cergy Pontoise en passant des -18 championnat de France à la D2. A la sortie du pôle, je suis partie au centre de formation de Bordeaux Bègles Mios Biganos (D1) qui a dû déposer le bilan en novembre 2015. Je suis partie par la suite à Besançon (ESBF) jusqu’à mes 22 ans, où je n’ai pas signé de contrat professionnel. Je suis arrivée à l’Entente Noisy-Le-Grand Gagny l’année dernière en D2. 

Tu as eu une rupture des ligaments croisés la saison dernière, comment s’est passé la reprise? 

La reprise s’est très bien passée, qui plus est pendant une préparation estivale, ce qui permet de reprendre en même temps que tout le monde au niveau du projet collectif pour ne pas prendre de retard sur la saison. 

Vous avez enchaînés 4 victoires en 4 matchs avant le duel face à Metz, et 4 victoires en coupe de France. Comment s’est passé ce beau début de saison ? 

Le début de saison, malgré les victoires, a été poussif, nous nous sommes fait peur sur certains matchs largement à notre portée, mais au fur et à mesure, nous commençons à bien nous caler à ce championnat et à avoir des situations de références.

Crédit photo : Gustavo sports Pictures

Comment s’est passé la rencontre à Metz ? 

Nous avons perdu à Metz face à une très belle équipe qui nous a posé les problèmes qu’il fallait. Nous avons effectivement de bonnes excuses comme la fatigue des matchs et des déplacements accumulés en championnat et en coupe de France. Nous aurions aimé avoir plus de fraîcheur sur ce match, nous avons été frustrés de ne pas maîtriser ce match même en état de fatigue. Nous continuons de travailler, nous savons sur quoi les équipes vont à peu près toutes nous titiller. 

Nous avons pu vous voir remonter à bloc contre l’ATH 2 à domicile le week-end dernier, c’est encourageant pour la suite du championnat ? 

Nous avons su gérer le match d’entrée et chacune a utilisé ses qualités, ce qui a donné de la menace partout. Nous avons aussi su rester impliquées, nous aurions pu nous relâcher et nous rendre le match difficile car en face, malgré les difficultés que nous leur avons causés, l’ATH a continué de jouer jusqu’à la soixantième minute. 

Nous pourrions dire que c’est encourageant, mais le championnat N1 est compliqué, les équipes sont très différentes les unes des autres en terme de projet ou même de profils. Il ne faudra pas se relâcher.



 Après 4 victoires en coupe de France, vous recevez en 16ème de finale Rennes St Grégoire au gymnase du Champy ce samedi 16 novembre à 19h. Comment arrivez-vous à concilier le double objectif qui est de remonter en D2F et d’aller le plus loin possible en coupe de France ? 

Nous prenons match après match, que ce soit en championnat ou en coupe de France. Effectivement, nous redescendons de D2 et nous avons annoncé que nous voulions remonter mais rien ne sera facile, notre poule est composée de 2 très bons centre de formation et d’autres équipes à ambitions. Concernant la coupe de France, nous avons eu des tirages au sort favorables jusqu’à présent, maintenant, à nous de jouer face à Rennes.

Un mot de la fin ? 

On espère vous voir nombreux sur nos matchs à domicile, et merci à ceux qui nous suivent depuis le début !

Crédit photo : Julian Renard
Écrit par Léa