Bienvenue au 3 ème tour de coupe de France

A l’occasion du troisième tour de coupe de France, nos Louves se déplacent à Sainte Maure Troyes ce samedi 12 octobre. Après deux tours maîtrisés face au PSG (N2) et à Alfortville (N1), nos Louves auront à cœur de gagner cette troisième rencontre dans cette compétition. Rencontre avec Peggy Chape Giral, la doyenne de nos Louves.

Peux tu te présenter pour nos lecteurs ?

Bonjour je suis Peggy Chappe Giral j’ai 40 ans et je suis éducatrice sportive et secrétaire dans un club de tennis.

Quel est ton parcours sportif ? Depuis quand es-tu à Noisy-Le-Grand ?

J’ai débuté le hand au collège à Pontault Combault puis je me suis inscrite en club dans cette même ville où je suis restée toute ma jeunesse. J’ai fais le sport étude de Tournan en Brie et à mes 18 ans je suis partie sur Ormesson pour jouer en N2, j’y suis restée 3 années. Puis je suis arrivé sur noisy le grand à mes 21 ans je vous laisse faire les calculs… Pour découvrir le niveau du dessus la N1 et montée 3 ans après en D2… Que c’est beau de vivre une montée avec son club.

Comment trouves-tu l’équipe dans ces 3 premiers matchs de championnat ?

Nous sommes en rodage avec de nouvelles joueuses qui doivent à la fois trouver leurs repères dans notre jeu et trouver leur marque sur leur jeu perso au sein du groupe. Mais on avance bien.

Nous travaillons pour que ça porte ses fruits rapidement, dans l’idée de nous satisfaire mais aussi satisfaire les gens qui nous supportent. Produire du beau hand ball c’est tellement plus sympa.

Un match référence pour nous ce week-end à Alkirch très agréable.

Le groupe vie bien, les filles se sont bien intégrées

Comment abordes-tu les matchs de coupe ?

La coupe de France c’est pour moi une opportunitée de pouvoir vivre autre chose, de sortir du championnat et de se faire plaisir en accueillant une belle équipe de D2 ou pourquoi pas de D1…

Donc je les aborde comme un match qu’on ne doit pas perdre, l’envie reste la même avec un peu de folie en plus en regardant un peu plus loin si une opportunité se présentait.

Nous savons qu’en tant que doyenne de l’équipe, tu as connue une demie finale contre Metz (de mémoire) il y a plus de 10 ans ? Peux tu nous raconter un peu ce souvenir ?

Un de mes plus beau souvenir sur les terrains lorsque nous sommes arrivés à Besançon pour jouer ce match contre Metz c’était l’euphorie, le plaisir, le bonheur un mélange d’émotion comme si un devoir était accomplie enfin presque et qu’on pouvait le faire aller jusqu’au bout en battant cette équipe déjà si forte qu’était Metz, on n’était même pas effrayées… Quel match… nous avons échoué si près du but (-2) mais on l’avait fait, on ‘s’était battue comme des folles sur chaque action, chaque ballon donc pas de regret. Une expérience que je souhaite à tous de vivre.

Un mot de la fin ?  

Se battre ne jamais renoncer et vivre tous ces beaux moments que le sport peut nous apporter.

Écrit par Léa